mardi 13 novembre 2018

CAUSERIE DU 23 NOVEMBRE 2018


Nous vous invitons, à l'occasion de la sortie du nouveau livre de Marcel Guigou "Histoire[s] d'Auriol" à une causerie avec l'auteur, 

vendredi 23 novembre à 18h

à la salle de la Maison des Sports et de la Vie Associative (près du stade).

Pour vous donner un avant goût du riche contenu de l'ouvrage,  32 histoires racontent l'Histoire d'Auriol depuis  
l'an 1 000 jusqu'à l'an 2 000.




dimanche 28 octobre 2018

SORTIE DU 18 OCTOBRE 2018 : ISTRES, St MITRE

Le parc des dinosaures à Istres


Dinosaur'Istres est une promenade dans la forêt de la colline du Castellan, un circuit jalonné de reproductions de dinosaures grandeur nature en résine et de panneaux explicatifs réalisés par le paléontologue Stéphane Jouve.

Les dinosaures de Provence présentés sur le site : Le Astinganosaurus (Velaux),  Le Compsognathus ( Comps -Var), Le Rhabdodon (tunnel La Nerthe), Le Pyroraptor (Trets), Le Tarascosaurus, l'Arcovenator.

Astinganosaurus   9m 10 tonnes

















Pyroraptor 2,40 m  30 Kgs

Rhabdodon  5m   3 tonnes














« Tous les dinosaures ont-ils disparu ? Non. Les oiseaux, descendants des Théropodes, les dinosaures carnivores, survivent à l'extinction et représentent actuellement l'un des groupes de vertébrés les plus diversifiés. Les dinosaures sont donc bien loin d'avoir disparu. »  Texte de Stéphane Jouve.

À St Mitre les remparts : le site archéologique de St Blaise


Saint-Blaise est le nom de la chapelle située sur la commune de Saint-Mitre-les-Remparts, à l’extrémité nord de la forêt de Castillon, sur un plateau rocheux, entre les étangs de Citis et de Lavalduc.










Aujourd’hui, Saint-Blaise désigne le site archéologique et la longue existence d’habitats disparus répartis sur 5,5 ha :

·         Un vaste oppidum gaulois protégé par une enceinte en petit appareil dont certains éléments sont peu à peu dégagés.  


Cette agglomération celtique développait des échanges avec le bassin méditerranéen et tirait sa richesse de l'exploitation du sel et de la pêche (VIe av.JC).

A l'ouest et au nord-est, les falaises suffisaient à protéger l'habitat , au sud-est il a fallu construire un rempart. Après la phase de déclin (Ve s. av. J.-C.) elle est à nouveau occupée au IIe s. av. JC : commerce avec les Grecs et constructions d'une enceinte en grand appareil de type grec, de 400m de long.



·         Nouvelle phase de déclin puis réoccupation du site devenu agglomération d’Ugium (IVe - IXe s. ap. J.-C.) sa chapelle intra-muros et sa nécropole à l'extérieur : un grand nombre de tombes  creusées à même la roche et recouvertes de pierres plates.

·         Le castrum de Castelveyre. Au XIIe  s., un nouveau rempart est construit sur les ruines d'Ugium abandonnée ; ce simple mur abrite quelques villageois autour d'une nouvelle chapelle  ND de Castelveyre, qui sera au XIIIe s, dédiée à St Blaise . Devant cette chapelle subsistent les fondations d'une autre chapelle plus ancienne dédiée à St Vincent (Xe s. et reconstruite au XIe s.) La chapelle St Blaise abrite la tombe de l'archéologue Henri Rolland qui impulsa les fouilles commencées en 1934.




















La cité est définitivement abandonnée en 1394.
Autant d’agglomérations tour à tour florissantes, détruites et oubliées.
Le site archéologique de Saint-Blaise est classé monument historique. C'est l'une des agglomérations celtiques les plus vastes et les mieux conservées du Sud de la Gaule.




Encore une visite guidée très enrichissante qui devrait donner du regret aux absents !
texte et photos : Sylviane

mardi 2 octobre 2018

SORTIE DU 21 SEPTEMBRE 2018



Les Carrières de Lumières aux Baux de Provence
Le site archéologique de Glanum à St Rémy de Provence

Nous étions neuf personnes pour cette sortie qui nous a amenés dans les Carrières de Lumière des Baux de Provence. Les immenses surfaces de calcaire des carrières sont les écrans géants sur lesquels sont projetées les images des expositions.

Dès le début du spectacle, nous sommes devenus de toutes petites silhouettes plongées dans un océan de lumières, de couleurs et de musiques, un univers de personnages démesurés. De belles passantes aux longues robes, des danseuses de tango et des toreros surgissaient et glissaient autour de nous. Les corps et les visages géométriques des tableaux de Picasso s'approchaient, grandissaient et s'évanouissaient. Une immersion dans les œuvres de grands peintres.

Cette exposition des œuvres numérisées intitulée  « Picasso et des maîtres espagnols » était suivie du spectacle « Flower power la culture pop » avec son explosion colorée et ondulante accompagnée des musiques psychédéliques de la fin des années 60. Une jolie expérience entre rêve et réalité.

Après un « retour sur terre », nous nous sommes dirigés vers la salle de projection où nous avons visionné un film retraçant la vie de Jean Cocteau et soulignant son attachement aux carrières des Baux.

Pour notre pique-nique, Monique nous a guidés jusqu'au lac de Peiroou à St Rémy de Provence. Nous avons tous apprécié le cadre, le calme du lac posé entre une belle pinède et une falaise blanche. Nous avons pu nous installer à l'ombre, sur l'herbe de la rive pour nous restaurer.

L'après-midi, nous avons visité le site archéologique de Glanum. Notre guide, tout en prenant soin de nous éviter les stations sous le soleil brûlant, a réussi à faire « parler » les vieilles pierres et nous avons pu traverser ainsi une cité qui a eu trois principales époques.
Arc de triomphe




  -Période gauloise à compter du VIe s. av. JC. : la cité est implantée autour de la source sacrée dédiée au dieu Glan et aux Mères glaniques, cité protégée d'un rempart  en pierres sèches ; chaque maison gauloise avait son puits.


                                                                                              
Rue principale : égouts
 -Période gallo-grecque : extension de la cité : construction d'un égout de grande taille passant sous le rempart, il est couvert de grosses dalles de pierres (sera utilisé comme rue principale de la future extension romaine), construction du bouléutérion, salle où se réunissaient les notables ( la faible hauteur des gradins laisse penser que les Gaulois, assis en tailleur, y siégeaient).


Lors de cette période gallo-grecque, les relations entre Gaulois et Grecs se sont dégradées. Les Grecs, sans ressources militaires, ont commis l'erreur de faire appel aux Romains qui ont détruit la plupart des constructions pour établir, par dessus, une cité latine.

                                                           

-  Période romaine : construction du temple de Valetudo, déesse romaine de la santé, placé au-dessus de la source sacrée, au IIe s. av. JC. ; construction de la curie et plus tard des teLamples géminés sur le bouléutérion détruit ; 
bouléutérion
mausolée privé Romain
forum construit sur la fontaine à dromos* sacrifiée : pour alimenter la cité en eau les Romains choisissent de construire un aqueduc depuis le barrage de Peiroou ;

Fontaine à dromos : couloir escalier d'accès à l'eau





Extension de la ville romaine vers le nord avec la basilique, la curie ; les thermes avec la palestre et la piscine, le marché et les grandes demeures méditerranéennes avec les pièces distribuées autour d'une cour à bassin.

La curie romaine : lieu de réunion des élus locaux, ( murs bâtis en tout venant avec deux parements de moellons).



Abandonnée au IIIe s. après JC, au profit de ce qui deviendra St Rémy, la cité engloutie sous plus de 7 mètres de limons ( l'égout bouché a créé les conditions d'apport important de boues), a été oubliée. Seuls étaient visibles, l'arc de triomphe et le mausolée ( les Antiques).
En 1921 des fouilles sont entreprises, mettant au jour la partie nord de la cité. Depuis 1983 les fouilles ont repris révélant les parties plus anciennes.

Une sortie bien agréable malgré la canicule, et une journée bien remplie !

Texte : Sylviane      photos : Sylviane, J.Claude


vendredi 28 septembre 2018

POUR INFORMATION

« LES SENTIERS PAGNOL » à partir de La Treille 

La  sortie "marche" avec pique-nique tiré du sac du Jeudi 4 octobre  est renvoyée au 

jeudi 11 octobre.

 


mercredi 12 septembre 2018

C'EST LA RENTREE !


Pour cette rentrée 2018, nous vous proposons de consulter le nouveau programme, en espérant qu'il répondra à vos attentes.
A bientôt donc.

mercredi 27 juin 2018

BONNES VACANCES

Nous vous souhaitons d’excellentes vacances et espérons vous retrouver à la rentrée, reposés et plein d'énergie.
A très bientôt.


 

vendredi 15 juin 2018

SORTIE DU 12 JUIN 2018 : LA CIOTAT


La Maison de la construction navale

Nous sommes huit personnes pour cette sortie à la Ciotat, initialement prévue avec la visite du chantier naval actuel, que nous ne pourrons faire faute d'être un trop petit nombre. ( Nous pourrons, à l'avenir, nous inscrire individuellement à cette visite organisée mensuellement par la ville).

A la Maison de la construction navale, nous sommes accueillis chaleureusement par une hôtesse du Pôle de transmission de la Mémoire des Archives municipales  de La Ciotat qui nous présente, autour de la maquette du chantier naval, l'évolution de cet espace industriel  jusqu'à la réussite de sa reconversion actuelle : un pôle pour la réparation et l'entretien de super yachts, leader en Méditerranée.



Cette présentation fort complète, nous permet de situer les différents lieux stratégiques du chantier d'alors : les portiques, les grues, la grande forme, les différents ateliers, la chaudronnerie, la grande halle, l'école des apprentis, la cité ouvrière construite en 1851 et d'imaginer, les transformations du lieu depuis l'avènement de l'ère industrielle et l'ouverture de lignes maritimes en Méditerranée, en 1835,...
Ensuite, grâce à un film, nous avons un aperçu de la vie passée.
Nous y voyons les travailleurs dans les ateliers, entendons les bruits des machines et des outils... Plusieurs Ciotadens témoignent à l'écran de l'extraordinaire foisonnement de la vie dans et autour du chantier naval. Et nous assistons médusés aux images de lancements de plusieurs navires de taille impressionnante au regard de l'étroitesse du port. Nous regretterons tous de ne pas être venus assister, au moins, au dernier lancement du Monterrey en 1987 !



















Extrait d'un article du journal l'Illustration du 28 janvier 1933 :
« Le paquebot Président Doumer a été lancé dimanche dernier aux chantiers de la Société provençale de la construction navale à La Ciotat. Ce paquebot est destiné aux lignes de l'Indochine et de l'Océan Indien de la Compagnie des messageries maritimes … il pourra recevoir 872 passagers... Longueur 150 mètres, largeur 19,50 m... L'opération du lancement, parfaitement réussie demandait une précision toute particulière dans ce petit port de La Ciotat, si pittoresque, mais qui n'offre qu'un plan d'eau extrêmement exigu : la moindre faute d'appréciation de la distance, et le bateau risquait de s'échouer,
d' « entrer dans le décor », tout s'est bien passé fort heureusement ».

La projection du film a été suivie d'un échange avec un « ancien du chantier naval ».  Cet échange a permis d'évoquer le quotidien du travail sur le chantier au XXième s., le douloureux problème de l'amiante, et les questions liées à l'énergie et à la pollution.
Les anciens du chantiers naval ont créé l'association Joseph-Edouard Vence – personnage important dans le développement de la construction navale au XIXème s. -  et, depuis 2013,  la Maison de la construction navale, située sur le vieux port, est leur local ouvert au public et propose expositions, conférences et projection de films. http://je-vence.blogspot.fr/

Toujours sur place, nous visitons l'exposition actuelle :«  De l'antiquité à nos jours, un bateau, un métier » et nous continuons les échanges avec nos hôtes.

























Ensuite nous nous sommes rendus à La Chaudronnerie: réhabilitée en 2017, en lieu culturel avec hall d'exposition permanent et salle de spectacle. Elle a été édifiée en 1860, peu après l'installation à la Ciotat des Messageries Nationales (devenues Messageries Maritimes plus tard).



Elle était destinée à la construction des chaudières et jouxtant l'atelier de mécanique, elle a occupé jusque dans les années 1980, une cinquantaine d’ouvriers en permanence : chaudronniers, soudeurs et tuyauteurs.
Un petit tour sur le vieux port et nous voilà sur la route des crêtes pour un pique-nique ; arrêt incontournable sur le panorama de la baie de Cassis et retour au bercail.

Belle promenade ensoleillée et belle plongée dans le passé.
                                                                                                     texte et photos : Sylviane
Pour plus d'information :