mercredi 12 septembre 2018

C'EST LA RENTREE !


Pour cette rentrée 2018, nous vous proposons de consulter le nouveau programme, en espérant qu'il répondra à vos attentes.
A bientôt donc.

mercredi 27 juin 2018

BONNES VACANCES

Nous vous souhaitons d’excellentes vacances et espérons vous retrouver à la rentrée, reposés et plein d'énergie.
A très bientôt.


 

vendredi 15 juin 2018

SORTIE DU 12 JUIN 2018 : LA CIOTAT


La Maison de la construction navale

Nous sommes huit personnes pour cette sortie à la Ciotat, initialement prévue avec la visite du chantier naval actuel, que nous ne pourrons faire faute d'être un trop petit nombre. ( Nous pourrons, à l'avenir, nous inscrire individuellement à cette visite organisée mensuellement par la ville).

A la Maison de la construction navale, nous sommes accueillis chaleureusement par une hôtesse du Pôle de transmission de la Mémoire des Archives municipales  de La Ciotat qui nous présente, autour de la maquette du chantier naval, l'évolution de cet espace industriel  jusqu'à la réussite de sa reconversion actuelle : un pôle pour la réparation et l'entretien de super yachts, leader en Méditerranée.



Cette présentation fort complète, nous permet de situer les différents lieux stratégiques du chantier d'alors : les portiques, les grues, la grande forme, les différents ateliers, la chaudronnerie, la grande halle, l'école des apprentis, la cité ouvrière construite en 1851 et d'imaginer, les transformations du lieu depuis l'avènement de l'ère industrielle et l'ouverture de lignes maritimes en Méditerranée, en 1835,...
Ensuite, grâce à un film, nous avons un aperçu de la vie passée.
Nous y voyons les travailleurs dans les ateliers, entendons les bruits des machines et des outils... Plusieurs Ciotadens témoignent à l'écran de l'extraordinaire foisonnement de la vie dans et autour du chantier naval. Et nous assistons médusés aux images de lancements de plusieurs navires de taille impressionnante au regard de l'étroitesse du port. Nous regretterons tous de ne pas être venus assister, au moins, au dernier lancement du Monterrey en 1987 !



















Extrait d'un article du journal l'Illustration du 28 janvier 1933 :
« Le paquebot Président Doumer a été lancé dimanche dernier aux chantiers de la Société provençale de la construction navale à La Ciotat. Ce paquebot est destiné aux lignes de l'Indochine et de l'Océan Indien de la Compagnie des messageries maritimes … il pourra recevoir 872 passagers... Longueur 150 mètres, largeur 19,50 m... L'opération du lancement, parfaitement réussie demandait une précision toute particulière dans ce petit port de La Ciotat, si pittoresque, mais qui n'offre qu'un plan d'eau extrêmement exigu : la moindre faute d'appréciation de la distance, et le bateau risquait de s'échouer,
d' « entrer dans le décor », tout s'est bien passé fort heureusement ».

La projection du film a été suivie d'un échange avec un « ancien du chantier naval ».  Cet échange a permis d'évoquer le quotidien du travail sur le chantier au XXième s., le douloureux problème de l'amiante, et les questions liées à l'énergie et à la pollution.
Les anciens du chantiers naval ont créé l'association Joseph-Edouard Vence – personnage important dans le développement de la construction navale au XIXème s. -  et, depuis 2013,  la Maison de la construction navale, située sur le vieux port, est leur local ouvert au public et propose expositions, conférences et projection de films. http://je-vence.blogspot.fr/

Toujours sur place, nous visitons l'exposition actuelle :«  De l'antiquité à nos jours, un bateau, un métier » et nous continuons les échanges avec nos hôtes.

























Ensuite nous nous sommes rendus à La Chaudronnerie: réhabilitée en 2017, en lieu culturel avec hall d'exposition permanent et salle de spectacle. Elle a été édifiée en 1860, peu après l'installation à la Ciotat des Messageries Nationales (devenues Messageries Maritimes plus tard).



Elle était destinée à la construction des chaudières et jouxtant l'atelier de mécanique, elle a occupé jusque dans les années 1980, une cinquantaine d’ouvriers en permanence : chaudronniers, soudeurs et tuyauteurs.
Un petit tour sur le vieux port et nous voilà sur la route des crêtes pour un pique-nique ; arrêt incontournable sur le panorama de la baie de Cassis et retour au bercail.

Belle promenade ensoleillée et belle plongée dans le passé.
                                                                                                     texte et photos : Sylviane
Pour plus d'information :

CONFERENCE DU 26 MAI 2018


Conférence du 26 mai 2018 avec Mme Mireille Goutoulli, archéologue.



Le château St Jean
En 1563 Le château St Jean n'est qu'une bastide quadrangulaire sans parc, entourée de
300 ha de terrain en dénivelées importantes propres à la culture de la vigne, de l'olivier, du blé et de l'élevage des ovins (bergerie de Tuny)
Captage de plusieurs sources conduites au château par un aqueduc.

Le plan terrier de 1773 montre deux tours construites et une allée d'entrée d'oliviers (Tèse). La troisième tour ne sera construite qu'en 1887.

En 1789, à la Révolution, vente en quatorze lots comme biens nationaux (Le propriétaire Charles Clappier-Collongue Venel ayant émigré).
Le nouveau propriétaire André Alexandre d'Eymard garde pendant 28 ans le domaine et le revend à l'ancien propriétaire de retour en France qui achète aussi le Prieuré. Il restera dans sa famille jusqu'en 1874 et sera vendu au Dr Duviard ; construction de la chapelle à l'extérieur du château.
1875 vente à la famille Courcel.
En 1959, il devient une résidence hôtelière en conservant toujours sa vocation agricole.

Le vicus de St Jean de Garguier
C'est un habitat romain groupé avec voirie temple et thermes. C'était un carrefour commercial important.
Des fouilles en 1958...1982... 2000 et 2016 ont montré aussi de l'artisanat, des tanneries. Ont été découverts des sarcophages, poteries, une pierre gravée : ( la population de St Jean de Garguier remercie Zozime d'être intervenu auprès de l'empereur pour rendre la gratuité des thermes )*.
D'autres fouilles préventives ont été faites lors de constructions nouvelles ainsi que du repérage de paysage par photo aérienne.

* Gascou Jacques. L'inscription de Saint-Jean-de-Garguier en l'honneur du sévir augustal Q. Cornelius Zosimus. In: Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, tome 112, n°1. 2000. pp. 279-295;

Résumé du document :
Réexamen d'une inscription à présent disparue (CIL, XII, 594), mais autrefois reproduite par le grand érudit Peiresc. On tente d'en restituer les lacunes et l'on en propose une traduction et un commentaire.
Grâce au sévir augustal arlésien Q. Cornélius Zosimus, les pagani du pagus Lucretius ont obtenu le rétablissement de l'utilisation gratuite des thermes (situés à Saint-Jeande- Garguier, et non à Arles). Il est probable que c'est en vertu d'une libéralité testamentaire que ce privilège avait été accordé aux pagani, à l'époque de Trajan. Les héritiers de l'évergète, auxquels la loi faisait obligation d'en assumer la charge, ont sans doute voulu y mettre un terme après plus de quarante ans. Zosimus, devant le refus des gouverneurs successifs de Narbonnaise de faire droit à la requête des pagani, a obtenu d'Antonin le Pieux la confirmation de ce privilège.

Extrait des pages 287 et 288. « Nous proposerons la lecture suivante :
[P]agani pagi Lucreti qui sunt finibus
Arelatensium loco Gargarìo Q(uinto) Cor(nelio)
Marcelli lib (erto) Zosimo iiiiii uir(o) Aug(ustali) col(onia) Iul(ia)
Paterna Arelate ob honorem eius qui notum (sic) fecit
iniuriam nostram omnium saec[ulor\um sacratissimo
principi T(ito) Aelio Antonino [Aug(usto) Pio. Te\r Romae
misit, per multos annos ad praesides p\rouincï]ae persecutus
est iniuriam nostram suis in[pensis, ejt~* ob hoc
donauit nobis inpendia quae fecit, ut omnium saecu-lorum sacratissimi prìncipis Imp(eratoris) Caes(arìs) Antonini Aug(usti) Pii
beneficia durarent permanerentque quibus frueremur
[aquis] et balineo gratuito quod ablatum erat paganis
quod usi fuerant amplius annis xxxx.

«Les pagani dupagus Lucretius qui appartiennent au territoire des Arlésiens,
dans la localité de Gargarius, à Quintus Cornelius Zosimus,
affranchi de Marcellus, sévir augustal de la colonie Iulia Paterna d'Arles, pour
l'honorer, lui qui a fait connaître l'injustice dont nous étions victimes au
prince le plus vénérable de tous les siècles Titus Aelius Antonin Auguste,
Pieux. À trois reprises il a envoyé (un messager) à Rome31, il a, pendant de
nombreuses années, réclamé réparation auprès des gouverneurs de la
province de l'injustice que nous avons subie, à ses frais, - et pour cela il nous a
fait remise des dépenses qu'il a effectuées -, afin que les bienfaits du prince
le plus vénérable de tous les siècles, l'empereur César Antonin Auguste,
Pieux, subsistassent de façon permanente, bienfaits propres à nous
permettre de jouir de l'eau et du bain gratuits dont on avait privé les pagani
qui en avaient fait usage durant plus de quarante ans» ».
                                                                                texte : Sylviane  Photo : M. Goutoulli


Citer ce document :
Gascou Jacques. L'inscription de Saint-Jean-de-Garguier en l'honneur du sévir augustal Q. Cornelius Zosimus. In: Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, tome 112, n°1. 2000. pp. 279-295;
doi : https://doi.org/10.3406/mefr.2000.2126


lundi 4 juin 2018

SORTIE MARCHE du jeudi 31 mai : LA Ste BAUME


Nous ne sommes que 4 à partir, les prévisions météo n’étant pas favorables.







Nous démarrons de l’Hôtellerie de la Sainte Baume et montons au col du Saint-Pilon par le sentier du Canapé. Nous observons un magnifique « champignon » blanc sur une souche. L’atmosphère est humide, brumeuse mais idéale pour randonner : une partie des marches a été refaite dans la partie basse, ainsi que celle située juste sous le col, ce qui est très agréable.
De là nous prenons la direction du Signal de la Sainte Baume, le ciel s’est couvert.






Les asphodèles sont en fin de floraison, mais les collines sont multicolores : roses de thym, jaunes des genêts. Ce printemps pluvieux permet à la végétation d’éclater ...
Le temps se couvre et une première averse nous surprend sous le Joug de l’Aigle. 



Durant une accalmie nous apercevons un ancien abri de berger en pierres sèches. 
Une seconde averse nous arrose au Signal des Béguines, tandis que quelques gros coups de tonnerre éclatent du côté de Nans.
Nous redescendons vers le Pas de l’ail, puis plus loin vers le Paradis,( le bien nommé car nous y arrivons vers 13 h sous un chaud rayon de soleil) :  nous y déjeunons au milieu du thym et de la salade sauvage, un vrai régal.






Après le café et la pâte de coings, nous attaquons une belle descente et arrivons dans la clairière du grand hêtre qui n’est plus qu’un arbre mort et triste.










Désormais sur le chemin du retour, nous ne prendrons pas le Sentier Merveilleux trop humide (ce sera pour la prochaine fois), mais finissons par le grand chemin toujours très fleuri.
 Un bon café à l’Hôtellerie termine la journée.
Malgré le temps mitigé, c’était une belle balade.
texte et photos : Rémy

lundi 28 mai 2018

LE VAUCLUSE : SORTIE DU JEUDI 24 MAI 2018


 FONTAINE DE VAUCLUSE

La Sorgue
remous sur la Sorgue



La roue du moulin à papier



Maillets du moulin à papier


LE VILLAGE DES BORIES

Le Village des Bories, restauré entre 1969 et 1976, nous apparaît tel qu'il s'élevait lorsque ses derniers habitants l'abandonnèrent au début du XIXème siècle.
Fouloirs et bergerie
Autour de l'habitation souvent composée d'une seule pièce, des constructions attenantes : soue, bergerie, four...
murs d'enclos
L'espace s'étend autour d'une grande aire de foulage délimitée par des murs bâtis à sec dont les pierres de la dernière rangée sont posées verticalement, faisant poids pour maintenir l'ensemble et rendant ces séparations infranchissables par les animaux à sabots.
Ces beaux murs d'une longueur impressionnante, semblent délimiter le village et matérialiser des voies de passage.

Les bories sont construites selon le principe de la fausse voûte en encorbellement.
Les pierres sont posées à sec (sans mortier), inclinées vers l'extérieur afin de favoriser le ruissellement de la pluie et d'assurer l'étanchéité.
Avant que ne soit atteint le point de perte d'équilibre, des dalles sont posées à plat, elles-mêmes chargées de plusieurs épaisseurs de lauzes.

La construction de cet habitat utilisant la pierre trouvée sur place s'est perpétué jusqu'au XIXème siècle.
L'origine des Bories remonterait aux Ligures qui peuplaient la région plusieurs siècles avant notre ère.

N.B.* Masculin ou féminin ( Bori Boris Borie) les trois orthographes et les deux genres sont admis.






SUR LE CHEMIN DE L'OCRE
OCRE est un nom féminin : Une ocre.
Chemin des ocres Roussillon

La production d'ocre, en France s'est d'abord développée dans l'Yonne. Bien que le gisement soit d'une faible épaisseur, les voies navigables à proximité facilitaient son commerce.
C'est l'arrivée du chemin de fer à Apt en 1877, qui a permis la diffusion des ocres du Vaucluse et qui a supplanté celle de l'Yonne.
Cheminées des fées

Malgré l'échec d'un premier convoi - un wagon rempli d'ocre en vrac, arrivé vide à destination ! - l'exploitation des ocres s'est fortement développée sur les sites vauclusiens.
L'ocre a alors été conditionnée en tonneaux étanches pour être acheminée par voie ferrée.

Rustrel
La production a atteint 40 000 tonnes en 1929
2 000 t en 1971 ; 1 000 t en 2002
La Société des Ocres de France reprise par Gilbert GUIGOU en 1973 existe toujours et produira 800 t en 2018 à Gargas.

L'exploitation se faisait à ciel ouvert ou en galeries comme à Gargas.

L'extraction de l'ocre se faisait par lavage. La matière liquide débarrassée du sable était placée dans des bassins de décantation et mise au séchage jusqu'au  mois d'août. Les blocs séchés étaient ensuite passés au broyage.


Vue sur le Colorado de Rustrel
Cette histoire qui débute au Crétacé inférieur ( 145 – 97 Ma) est complexe. La région d'Apt est alors recouverte par une mer peu profonde. Sur le fond de cette mer vont s'accumuler des sables, des argiles et des squelettes d'animaux marins ( huîtres, oursins …)

Au contact de l'eau de mer, l'argile se transforme en une autre variété : la glauconie, colorée en vert par le fer ferreux. La sédimentation de tous ces matériaux aboutit à un grès vert.

Beaucoup plus tard dans le temps, au Crétacé supérieur ( 97 – 65 Ma), le fond de la mer se soulève et émerge. Les grès glauconieux se trouvent alors soumis à un climat tropical-équatorial, chaud et très humide qui va les modifier :
1)    le calcaire des organismes marins qui cimentait le grès disparaît.
2)    le sable siliceux, très résistant reste à peu près intact.
3)    La glauconie libère le fer qui s'oxyde et prend alors selon son degrè d'hydratation, des couleurs vives qui s'échelonnent du jaune vif au brun lie de vin. Le fer cristallise sous forme de goethite.
4)    La glauconie elle-même se transforme en un nouveau minéral argileux : la kaolinite, moins riche en silice, plus stable, naturellement blanche.
5)     
Toues ces transformations se sont faites sur de très longues périodes et ont abouti à une épaisse formation constituée de sable enrobé de kaolinie, colorée par la goéthite. C'est cette argile colorée qui forme l'ocre.

Les sables ocreux seront au cours de l'ère tertiaire recouverts par d'autres dépôts et ainsi protégés. L'élimination de ces dépôts se fera sous l'action des climats très érosifs du Quaternaire, permettant ainsi aux sables ocreux d'affleurer à nouveau.

Il suffira alors de laver ce sable argileux, pour séparer les deux composants. C'est l'industrie de l'ocre.
                                                                                                  J. Mazet
texte : Sylviane, J. Claude  Photos : Sylviane


vendredi 18 mai 2018

LE PARC BORELY : Sortie du jeudi 17 mai 2018

La roseraie :










De très belles variétés de roses. On ne peut que regretter le manque d'entretien du lieu, envahi par les mauvaises herbes.
Le musée : 







 De très jolies pièces associées à des robes de grands couturiers.

Le parc botanique :









De nombreuses variétés de plantes mais les étiquettes sont souvent mal placées. Dommage !
On aurait souhaité connaître le nom français en plus du nom latin.

Les animaux :








La fée de l'Huveaune :


photos : Rémy